Ancienne place du luxe new-yorkais, le quartier de Bleecker Street, au sud du Washington Park à Manhattan, était déserté depuis quelque temps. Mais c’était sans compter un programme immobilier, qui a totalement changé le visage du quartier en le transformant en paradis pour digital natives.

Bleecker-Street-new-york-times-spanky-few

Le miracle d’un nouveau « way of life américain » semble avoir touché le quartier Bleecker Street. Adieu Marc Jacobs, Michael Kors et autres Ralph Lauren. Après une période de flottement où les enseignes de luxe ont déserté le quartier pour partir vers des endroits plus propices au tourisme, Bleecker Street a retrouvé son panache, mais de manière bien différente. Pour l’un des habitants quartier, Bleecker Street est même devenu « un lieu qui vibre ».

Derrière ces bonnes ondes, on trouve Brookfield Properties, un promoteur immobilier. Ce dernier a en effet acheté la plupart des surfaces commerciales vides de Bleecker Street pour créer un espace où des pures players issus d’Instagram et consorts ont pignon sur rue. Un quartier phygital où se côtoient aujourd’hui marques de mode confidentielles, showroom déco et concept food en rodage.

Pour Sara Fay, vice-présidente du marketing chez Brookfield Properties, c’est une opportunité pour ces marques de se confronter au réel et de poursuivre l’engagement initié sur les réseaux sociaux de manière différente. Et ça fonctionne ! Les loyers ont baissé, les clients sont revenus et sont avides des nouvelles expériences proposées par les marques : tester le produit, échanger, s’inspirer… à travers des événements dédiés relayés à coups de stories Instagram et d’ateliers créatifs. Pourvu que ça dure !

Source : Karin Nelson pour le New York Times