Terranovacain

Terranovacain

Terranovacain fait partie de ces groupes qu’on n’oublie pas et dont les titres nous restent longtemps en tête. On les a découvert il y a déjà deux ans, peu après la formation du groupe et on les suit depuis. On les a vu trouver leur rythme entre concerts et compositions, on a écouté leurs morceaux pendant des heures avant de les rejoindre pour discuter le coup entre deux bières. Bref, on a toujours aimé et admiré ce trio franco-jamaïcain trop peu connu et reconnu à notre goût. On les avait laissé après une tournée qui s’est achevée au printemps 2011 avec les premières parties de Mademoiselle K au Bataclan (Paris) et au Transbordeur (Lyon). On les retrouve aujourd’hui pour la sortie de leur nouvel LP, Burner.

Ceux qui entendent pour la première fois la voix de Lisa Edmondson, également bassiste, sont toujours surpris par sa puissance et sa profondeur. Ils ont tout de suite l’impression de partir très loin. Ils ne seront pas déçus avec Burner, très bien nommé puisque Terranovacain a bien l’intention de brûler Paris et le reste avec ce nouvel opus. Plus sombre, plus mature, le groupe a gagné une atmosphère proche de P.J. Harvey ou des Stooges. Dès le premier morceau, 10,000, le groupe nous introduit de plein pied dans leur univers plus dark, tendu et entêtant. La basse s’annonce très présente et on sent Terranovacain prêt à en découdre. Le groupe nous invite au blues sur How many times ? et prononcent d’obscures et charismatiques incantations sur (Nuremberg) Weekend. Terranovacain nous entraine sur le terrain d’un rock brutal, assumé et presque psyché comme on peut l’entendre sur Lime. Ca brûle, ça explose, on a affaire à un son qu’on connaît depuis toujours mais qu’on n’a jamais entendu. La nervosité de la guitare de Benoît Demaria et les rythmiques de Simon Magnan accompagnent la voix à la fois basse et lancinante de Lisa Edmondson. Mention spéciale pour Bad Chick où la mélancolie se mêle à la profondeur.

Maudits soient ceux qui parlaient de musique du monde pour qualifier Terranovacain. Le trio n’a jamais été aussi rock, aussi sombre, aussi exaltant et surtout aussi bon.

Terranovacain : A découvrir au Bus Palladium (Paris) le 29 octobre à 22h

Terranovacain - Burner

Terranovacain - Burner