Mathias Kiss est d’origine hongroise, mais grandit à Paris. À 14 ans, il entre en apprentissage puis rejoint les compagnons. Il y reste une dizaine d’années et consacre ses premiers travaux à la réalisation de plafonds dans les palaces parisiens. Thème récurrent autour de la liberté et de la transgression, le ciel dans toutes ses applications est une grande source d’inspiration pour lui. 2000, première exposition personnelle a la galerie Teisso. Il fonde l’agence Attilalou en 2002 avec Olivier Piel et ouvre une galerie laboratoire dans le Marais, lieu de rencontre et d’expérimentation. De nombreuses créations et installations voient le jour, avec photographes, stylistes et designers. À partir de 2009, il réalise ses premiers Objets-sculptures. En 2012, la galerie Armel Soyer édite trois de ses pièces qu’elle présente dans une des premières installations de l’artiste. Nous nous intéressons aujourd’hui à l’un de ces objets : le miroir. Mathias Kiss utilise ce matériau pour créer des sculptures aussi étranges que fascinantes. Prenant en compte la rigidité des matériaux, le designer a créé des miroirs qui tiennent de l’oeuvre d’art, tenant d’un prisme qui émergerait du mur. Prochainement, en parallèle à ses projets personnels, Mathias Kiss signera avec l’architecte François Bosc la boutique de Marie-Hélène de Taillac à New York.

Miroir Froissé Mathias Kiss 2 1 Le miroir de Mathias Kiss

Mathias Kiss