Nils Ericson a dû revenir dans l’Iowa en raison d’un deuil familial. Mais plus que la perte d’un proche, c’est la perte de son enfance dont le photographe a voulu faire son deuil à travers la série Iowa.

Nils-Ericson-iowa-photographie-spanky-few

« Je voulais m’occuper l’esprit et je voulais aussi livrer des photos poétiques qui reflétaient la solitude et le mal de coeur que je ressentais »

Immortaliser les instants, les personnes, pour les garder en mémoire à tout jamais. C’est finalement un réflexe naturel pour quelqu’un dont le deuil d’un proche a provoqué le deuil de toute une époque. C’est le cas de Nils Ericson qui est retourné dans l’Iowa, sa région natale. Le choc de la mort passé, il a souhaité prendre en photo ses proches, fixer chaque moment pour qu’il devienne éternel.  » Aucun d’entre eux n’était enthousiaste à l’idée de participer, mais ils savaient que c’était important pour moi alors ils ont fait avec. Je ne veux pas trop les pousser dans leurs retranchements : je dois vivre avec eux au quotidien !  » 

À travers la série Iowa, Nils Ericson nous offre une série très personnelle et solaire, mais aussi universelle, où chacun pourra se reconnaitre.

Nils-Ericson-iowa-photographie-spanky-few

Nils-Ericson-iowa-photographie-spanky-few

Nils-Ericson-iowa-photographie-spanky-few

Nils-Ericson-iowa-photographie-spanky-few

Nils-Ericson-iowa-photographie-spanky-few

A propos de l'auteur

Déborah Larue
Créatrice de Spanky Few

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.