Clothe To Me. Retenez bien ce nom, car vous risquez d’en entendre beaucoup parler dans les mois à venir. Valérie et Adeline ont en effet crée l’application ultime pour les fans de mode, les désespérés du matin, les angoissés du dressing. Clothe To Me propose en effet de scanner son dressing et de créer des combinaisons de vêtements à manière de Cher Horowitz dans le célèbre Clueless. Mais plus qu’une démarche pratique, Clothe To Me a une dimension sociale puisqu’il permet également de partager ses looks, de faire du shopping et même de revendre ses vêtements ? Bilan : le futur de notre dressing est là et nous sommes déjà fans. Rencontre avec Valérie et Adeline.

DSC_1010

Valérie, Adeline, pouvez-vous nous parler de votre parcours ? 
Clothe To Me c’est 2 filles d’affaires dynamiques qui se posent chaque matin la même question existentielle : comment s’habiller aujourd’hui ???
Je suis Valérie, directrice artistique dans les milieux de l’animation 2D, jeux vidéos et application mobile. J’adore dessiner, imaginer et créer des univers, peu importe le support, tant que le projet me plait. Je suis diplômée de Lisaa Paris depuis 4 ans et évolue dans ces milieux depuis ce temps. Je suis Adeline, j’ai travaillé dans la presse féminine pendant 1 an, depuis je vends du rêve et des vêtements pour une marque de prêt-à-porter de luxe française. J’adore les magazines féminins, m’habiller et habiller les gens et relever des challenges. Et puis chaque matin depuis trop longtemps nous fixons notre dressing en nous demandant comment on va s’habiller.
Vous avez créée l’app Clothe To Me, quel en est le concept ? 
L’idée est vraiment née d’un réel besoin, il devenait vraiment nécessaire pour nous de pouvoir visionner nos vêtements sur notre téléphone et de pouvoir créer des tenues, les enregistrer pour plus tard, les modifier, etc., au final faire tout ce que nous faisions tous les matins ou tous les soirs, mais en arrêtant de retourner notre vrai dressing et notre cervelle.
Nous pouvons faire beaucoup de choses avec un téléphone et s’habiller avec ses propres vêtements semblait manquer à la liste. Le but est également de gagner du temps chaque matin en sachant dès le réveil quelle tenue nous allons porter aujourd’hui. Nous perdons 15 minutes chaque jour à se demander comment s’habiller, alors pourquoi ne pas utiliser ce temps pour faire des choses impensables, genre du sport ??? Et puis fini les pannes d’inspirations, Clothe To Me vous propose des looks quand vous êtes en retard ou mal réveillées !
Avez-vous été inspirée par la fameuse scène de Clueless, où Cher Horowitz choisit ses vêtements à partir d’un ordinateur ? 
Le dressing de Cher est notre rêve le plus ultime (revisité avec les tendances de 2014 bien sûr). Clothe To Me est le même concept, très facile à dupliquer sur un téléphone que dans un appartement !
Avez-vous conscience qu’à travers cette app, vous répondez au besoin « existentiel » de 99,9% des femmes voir des hommes ?
Oui ! Bien sûr nous voulons que Clothe To Me soit utilisé par toutes les personnes qui ne vivent pas nues !!!
screen-app
 
Plus sérieusement, qu’est-ce qui vous a donné envie de créer une app dédiée à la mode ? 
Nous passons notre temps sur notre smartphone, il n’y a qu’à regarder dans les restos, le métro et dans les soirées, dès que les gens se retrouvent seuls ils ont le réflexe de dégainer leurs téléphones. Alors au lieu de jouer à 2048 et de remettre à plus tard le moment de choisir sa tenue pour l’anniversaire d’Amandine, les « Clotheuses » pourront le faire n’importe où et n’importe quand. Maintenant on peut faire son shopping, trouver des inspirations, suivre des it girls via les applications et demain avec Clothe To Me on pourra planifier ses tenues.
 
L’avenir de la mode passe-t-il par le digital, à travers des app comme la vôtre et des démarches d’achat plus sociales ? 
On a tous besoin de gagner du temps, nous sommes de plus en plus impatient(e)s et demandeurs. Attendre 20 minutes à la caisse de Zara ou se changer 10 fois de tenues pour aller au restaurant et arriver en retard, ce sont des choses qui sont remises en cause par les applications. Avec les réseaux sociaux devenus indispensables, les gens ont de plus en plus envie d’appartenir à des communautés et d’échanger leurs expériences et leurs coups de coeur.
 Vous avez fait appel à Kisskissbankbank pour collecter des fonds, était-ce important pour vous de faire appel au public plutôt que de faire une levée de fonds traditionnelle ? 
Tout d’abord nous avons fait appel à KKBB, car c’était un mode de financement qui nous plaisait et qui nous a donné l’opportunité de nous faire connaitre. Il y a eu la Creative Party où nous avons remporté 2000€ et où nous nous sommes fait repérer par le magazine Glamour. Grâce à KKBB nous avons récolté 3000€ et nous avons gagné une parution dans le magazine du mois de juin (p.222).Cet argent et tout notre travail nous permettent de mettre très prochainement en ligne, une première version dont nous sommes très fières. Aujourd’hui nous cherchons des investisseurs pour accélérer le développement technique et commercial du projet.
 
Considérez-vous le dressing comme un objet connecté potentiel ? Quel est votre avis sur le sujet des objets connectés ?
Au regard de la multiplication des objets connectés autour de nous, il est évident que le dressing en deviendra un tôt ou tard, néanmoins nous pensons qu’il y a pas mal de réflexion à faire autour du sujet, pour arriver à développer une expérience utile à l’utilisateur, sans en faire un gadget intrusif.   
 
Quels sont les premiers retours que vous avez eus de la part de vos bêta testeurs ?
Nous n’avons pas encore commencé les bêta tests, mais nous avons déjà beaucoup de retours positifs quand nous parlons du concept et des features autour de nous. Sur Facebook, nos abonnées la veulent déjà.
Comment aimeriez-vous voir évoluer l’app à l’avenir ? 
Il y a beaucoup de travail à exécuter sur ce projet et la première étape pour nous est de terminer l’application dans son intégralité, avec toutes les features qui la constituent, telle que nous l’avons imaginée au départ. A long terme il faudrait que cette application devienne un réflexe naturel pour tout le monde, comme appuyer sur la touche lecture de YouTube… Et puis si Mark Z. veut nous racheter pour 19 milliards de dollars, nous ne dirons pas non ! 
Et retrouvez aussi Clothe To Me sur Facebook .

 

A propos de l'auteur

Déborah Larue
Créatrice de Spanky Few