A travers le projet Comprendre et agir à Paris, l’association Cap ou pas cap recense les initiative citoyennes au coeur de la capitale : jardins partagés, bibliothèques ambulantes, distributions de repas chauds ou encore organismes d’épargne citoyenne sont recensés et géolocalisés sur une carte interactive.


Capture d’écran 2015-12-22 à 17.22.19

569 solutions locales déjà recensées à Paris et ont pour but d’apporter aux habitants des réponses concrètes, pratiques et applicables. Chacune dans leur domaine, ces alternatives citoyennes regorgent d’énergies transformatrices : les coopératives alimentaires modifient le système de production agricole et les modes de consommation, les systèmes d’échanges locaux libèrent les échanges de bien et de services des processus marchands et leur redonne une fonction créatrice de lien social, les fablab démontrent que l’intelligence collective et la pollinisation des savoirs sont une source constante d’innovation…

Derrière ce projet, un collectif de jeunes habitants de Paris, principalement entre 20 et 35 ans unis autour d’un même constat : un désenchantement par rapport à une société qui manque de sens. « Nous sommes tous nés quelques mois ou quelques années avant la chute du mur de Berlin, à une époque où le rêve américain triomphait sur tout autre modèle de société, et où les idées de Margaret Thatcher s’imposaient comme une vérité absolue : « There is no alternative« , IL N’Y A PAS D’ALTERNATIVES.« 

L’éclosion et la multiplication des actions citoyennes participatives et locales à Paris dessinent les contours d’un autre monde possible. Une nouvelle ère s’ouvre, celle de la citoyenneté active : dans tous les quartiers de la capitale, des femmes et des hommes sont chaque jour plus nombreux à reprendre en main leur alimentation, leur logement, leur transport, ou leur monnaie, et à démontrer que, à condition de prendre conscience de notre capacité à agir, nous pouvons changer la vie et construire les contours d’un monde plus humain, plus participatif et plus solidaire.

Pourtant, ces initiatives citoyennes porteuses d’espoir demeurent trop largement ignorées et isolées : ignorées par les habitants de Paris, qui ne connaissent pas toujours ces solidarités de proximité qui existent à deux pas de chez eux ; et isolées les unes par rapport aux autres puisque les initiatives citoyennes ne se connaissent pas toujours entre elles, échangent encore moins sur leurs pratiques, leurs savoirs et leurs expériences et, par conséquent, n’ont pas le sentiment d’appartenir à un mouvement de transformation plus profond de notre société.

Il faut donc décoloniser nos imaginaires, montrer que d’autres mondes possibles existent dont nous pouvons être les acteurs, et redonner un sens à notre société. L’association « CAP* ou pas cap ? » (*Comprendre et Agir à Paris) souhaite être un catalyseur d’expérimentations et d’innovations citoyennes qui donne à tous les habitants de Paris les moyens de découvrir de nouvelles manières de faire et de penser, de participer collectivement au changement social et de construire ensemble un autre monde possible fondé sur l’humain et les valeurs de solidarité et de justice sociale.

Parce que nos manières de faire comptent autant que nos actions, le mode de fonctionnement interne de l’association fait partie intégrante de son projet. Loin des modèles hiérarchiques et des formes de leadership, nous nous efforçons d’adopter l’organisation la plus horizontale et participative possible : parce que nous revendiquons et mettons en œuvre notre capacité individuelle et collective à exercer notre liberté et à décider de notre vie, nous reconnaissons l’égale capacité de chacun d’entre les membres actifs de l’association à participer à la prise de décision collective, sans distinction fondée sur le sexe, l’orientation sexuelle, l’origine sociale ou ethnique, les caractères physiques et les convictions ; nos décisions sont adoptées en assemblée et, dans la mesure du possible, par consensus.

A propos de l'auteur

Déborah Larue
Créatrice de Spanky Few