Après vous avoir parlé du parcours de Capucine Vassel, partie en famille parcourir l’Europe pendant un an, nous avons eu envie de vous présenter une expérience à la fois similaire et différente. Celle de Benoit Ducrocq, parti deux ans avec son amie pour une traversée de l’Asie.

benoit-ducrocq-asie-voyage-spanky-few.jpg

Comment se prend la décision de tout plaquer pour quelques mois afin de parcourir le vaste monde ?

La décision se prend après un jour de l’an déprimant. J’étais avec une fille qui avait autant la bougeotte que moi et nous parlions déjà de partir voyager quelque temps. Je me souviens d’un coup de fil ce soir du 31 décembre, elle était dans une soirée aussi ratée que la mienne et à on s’est dits que partir devenait urgent. Un an après le projet se réalisait !

Quelle a été la réaction de tes proches quand tu leur as exposé ton projet ?

Mes parents ont toujours voulu faire de grands voyages, mon frère est à l’étranger, mon grand-père ne tenait pas en place… C’est de famille ! Mes parents étaient fiers de moi et mes amis étonnés.

Et toi, n’as-tu jamais douté ? N’as-tu jamais eu peur de te retrouver plusieurs mois dans l’inconnu ?

Nous sommes partis en couple et du coup, quand tu es deux, tu appréhendes moins. La deuxième année de mon voyage, je l’ai passé seul. Après la rupture avec ma copine, j’ai acheté un vélo et voyagé presque 10 000 kms seul de Bangkok à l’Ouest Chinois, en passant par le Laos. Et je t’avoue que perché à 4500 m sous une tente, les jambes coupées et le souffle court, la nausée qui t’empêche d’avancer, oui j’ai eu peur.

On s’est fait de belles frayeurs avec ma copine aussi, comme cette fois où à moto on est allés trop loin sur les pistes cambodgiennes. Plus d’eau, la nuit qui tombait, plus de force dans les bras pour piloter la bécane dans le sable,on a vraiment cru qu’on allait y rester, au milieu de nulle part.

Le doute on l’a ressenti aussi en arrivant en Chine. Ça paraissait tellement grand, fou. Et puis on s’y est fait !

benoit-ducrocq-asie-voyage-spanky-few.jpg

Pourquoi ton choix s’est-il arrêté sur l’Asie ?

On aimait la bouffe Chinoise, Viet, Thai. On était très bouffe, margot bossait pour la Maroquinerie, en cuisine et moi je suis un estomac sur pattes. Et puis l’Inde nous faisait rêver !

Comment se passait ton quotidien ?

Ça dépendait des endroits où on se trouvait. Quand on était « nomades » et qu’il fallait 3 jours de bus pour aller d’un point A à un point B, c’était du road trip, de la nouille chinoise sur le bord de la route, des toilettes de gares routières sans intimité. Et puis un peu plus tard on a bossé pour des assos, pour reprendre une vie « normale ». Boulot le matin sieste l’après-midi… En Malaysie je bossais pour un club de plongée, on se levait très tôt et on se couchait très tard : )

Tout dépendait de ce que l’on voulait en gros : parfois on aimait se poser 2 semaines quelque part et se créer des repaires et parfois on embrayait sur un mois de road trip.

La question de ne pas rentrer s’est-elle posée à un moment ?

Pour moi oui… Margot a toujours souhaité revenir, se réinstaller. Moi je me suis perdu à un moment, j’ai perdu pied et je ne me voyais pas rentrer. Il a fallu que je me fasse violence après 2 ans d’errance…

On dit que « les voyages forment la jeunesse »… Es-tu revenu changé de ces quelques mois à l’étranger ?

Bien sûr ! Plus ouvert, moins timide. Je n’ai plus peur de franchir les obstacles de la vie. 10 000 bornes à vélo ça forme ! On relativise aussi après avoir vu l’Inde de très près.

benoit-ducrocq-asie-voyage-spanky-few.jpg

Comment s’est passé le retour à la vie quotidienne ?

Je suis né sous une bonne étoile, j’ai trouvé du boulot en CDI et un appart « vivable » tout de suite. Émotionnellement, ça a été compliqué : se lever et se rendre compte que tu viens de perdre le plus grand des luxes, la liberté de prendre son temps.

Est-ce une expérience que tu as envie de revivre ?

Je crois oui, mais différemment. J’ai toujours gardé dans un coin de ma tête de m’installer au Canada. J’ai fait plusieurs voyages à Vancouver, je m’y suis plu. Je garde ce côté road trip pour mon futur pétage de plomb ou pour un éventuel reportage photo !

Et si vous quittiez tout pour un road trip de deux ans en Asie ?  http://www.spanky-few.com/2016/01/12/benoit-ducrocq-deux-ans-pour-decouvrir-lasie/ #Interview #Voyage

A propos de l'auteur

Déborah Larue
Créatrice de Spanky Few

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.